jeudi 12 janvier 2017

Cersei Lannister : The Dark Prophecy.

Voici donc mon dernier montage vidéo en date, qui a mis ma patience à rude épreuve, mais je suis contente de pouvoir (enfin) vous le présenter, après de nombreuses heures passées dessus. Cersei est un personnage ambivalent avec lequel je ne suis pas toujours d'accord, mais que j'admire énormément, et qui a essayé à sa manière de survivre à une destinée qu'elle n'avait pas vraiment choisie. J'ai également pris plaisir à mettre en valeur ici le peu de qualités qu'on peut déceler chez Joffrey, notamment au contact de Margaery. Cersei est l'un des personnages les plus machiavéliques de Game of Thrones, mais j'ai beaucoup d'empathie pour elle malgré tout, et ce depuis le début.

Bon visionnage à tous !



Misery

mercredi 4 janvier 2017

Sandor Clegane, l'homme brisé.

Afficher l'image d'origine

Après deux heures de dur labeur, le froid s'engouffrait désormais sous sa mince chemise de toile, signe que l'hiver arrivait bel et bien. Son estomac gargouillait d'envie à la simple évocation de la bière que lui avait promise Ray, lorsqu'il daignerait rejoindre les autres pour le souper. Il reposa sa hache près de l'abondant tas de bois qu'il avait abattu, remarquant que son corps se réadaptait de mieux en mieux au maniement d'une arme. Frère Ray, ancien criminel converti à la religion des Sept, l'avait recueilli sur la route du Conflans et s'était assuré quotidiennement de son rétablissement. Cela faisait bientôt un an qu'il s'accoutumait tant bien que mal à cette vie trop paisible, dans cette petite communauté où solidarité et entraide étaient les mots d'ordre. Ils n'étaient pas vraiment pauvres, pas vraiment riches non plus, mais tous semblaient se contenter de cette existence insouciante qu'ils avaient choisie. De son côté, Sandor Clegane se sentait à l'écart des autres membres du groupe malgré lui, passant le plus clair de son temps à couper du bois pour la construction du septuaire de Ray. De toute façon, ce n'était pas comme s'il avait déjà eu l'impression d'être à sa place quelque part, et ça ne pourrait jamais être pire qu'à Port-Réal, sous les ordres de ce bâtard de Joffrey.

De sa démarche légèrement boitillante, il se dirigea vers le campement, où comme tous les soirs, quelques femmes devaient serrer leur enfant contre leur sein, en entonnant des chansons traditionnelles devant le feu. Il ne sut pas vraiment à quel moment il réalisa que quelque chose n'allait pas. Était-ce ce silence accablant et inhabituel qui s'abattit soudain sur lui tel une chape de plomb ? Était-ce l'odeur des premiers cadavres pourrissants, dévorés par le froid mordant ? Était-ce tout simplement son instinct naturel qui ne demandait qu'à resurgir au moment opportun ? « Le Limier », songea-t-il avec un sourire consterné, c'était ainsi qu'on l'appelait avant que Brienne de Torth ne lui défonce le crâne. Le grand guerrier à la réputation scabreuse, battu par une femme à peine aussi grande que lui, vous parlez d'une gloire ! De dépit, il secoua la tête, avant de fixer à nouveau la plaine ravagée. Il se frotta les yeux, comme pour se persuader que tout cela n'était qu'une vaste blague, un rêve duquel il n'allait pas tarder à se réveiller. Tout le village avait été massacré, les fondations du septuaire détruites, et les sacs de nourriture éventrés, tout comme la plupart des compagnons et de leurs enfants. Sandor ne mit pas longtemps à apercevoir Ray lui-même, pendu un peu plus loin sous l'établi. Son visage blême avait commencé à enfler, et il ouvrait de grands yeux effrayés sur ce qui avait été sa dernière vision en ce monde. « Tu vois, aucun de tes Sept Dieux n'est venu te secourir, mon vieux », pensa Clegane pour lui-même.

Le regard du Limier fuyait en tous sens, tel un chien de chasse guettant le moindre danger, avant de se poser sur la hache de Ray, plantée dans un tronçon d'arbre. Malgré ses blessures, il avait toujours gardé une force incroyable et réussit à l'arracher en moins de deux, mu par la rage, celle qui avait toujours été sa meilleure conseillère. Quelle folie d'avoir cru aux jolis discours de Ray sur la rédemption, le pardon et autres conneries inventées par des hommes trop lâches pour dégainer leur épée ! Il connaissait désormais l'origine de cette douleur implacable qu'il ressentait chaque jour dans la poitrine et qui le poursuivait partout où il allait : la perte de cette hargne qui avait toujours été sa seule boussole. Il avait écouté d'une oreille distraite les leçons de vie de son ami septon, mais il se rendait compte à quel point tout cela avait été vain. Dans ce monde, il n'existait qu'une seule manière de survivre, et ce n'était sûrement pas celle que Ray avait tenté de lui enseigner avec tant de ferveur. La paix intérieure et la lumière de l'âme n'avaient jamais attiré Clegane. Il leur préférait assurément l'obscurité, cette noirceur trouble dont il aimait se repaître, cette zone d'ombre dans laquelle il se tapissait autrefois, guettant sa proie. Ce plaisir qu'il retirait de de voir s'éloigner Port-Réal derrière lui pour aller courir les routes, de fracasser le crâne d'un garde Lannister, ou de voler un pauvre homme de sa bourse, c'était de cela dont il était fait. Et cela n'avait été qu'hypocrisie de prétendre le contraire. 

Il repensa alors à tous ces enfants écorchés auprès de leurs parents, qui n'avaient même pas dû réaliser la gravité de la situation. Il éprouvait toujours une profonde tristesse à l'idée que quiconque puisse s'attaquer à des gamins qui n'avaient rien demandé à personne, et qui avaient commis la simple erreur d'être là au mauvais moment. Ses pensées le ramenèrent inévitablement à Sansa et à sa sœur, Arya, qu'il avait tenté de secourir du mieux qu'il pouvait. S'il espérait que la première était désormais en sécurité à Winterfell auprès de ses frères cadets, il ne donnait malheureusement pas cher de sa survie ; elle resterait toujours bien trop fragile pour ce monde de prédateurs. Quant à la deuxième, il avait toujours su au fond de lui qu'elle se débrouillerait, quelle que soit sa destinée. Elle était faite du même bois que lui, et au fond d'eux brûlait la rage des enfants écorchés bien trop jeunes, qui n'avaient pas été épargnés par la vie, et qui comptaient bien le lui rendre. Il pressentait qu'Arya était toujours quelque part dans les Sept Royaumes, souhaitant plus que jamais assouvir sa vengeance, si elle n'avait pas déjà commencé. Bien qu'elle ne représentait qu'une parenthèse de sa vie qui appartenait maintenant au passé, il tenait bien plus à elle qu'il ne souhaitait se l'avouer. S'attendrir n'était ni plus ni moins qu'une marque de faiblesse, et mieux valait garder tout cela bien enfoui, dans les brumes du souvenir. 

Un peu plus tard, traversant la plaine pour rejoindre la grande route, Sandor Clegane retrouva les responsables du massacre, occupés à se vanter de leurs exploits et à se goinfrer des victuailles qui avaient coûté la vie à ses nouveaux « amis ». Le Limier, c'était ainsi qu'ils l'appelaient tous jadis ; il était temps de revenir leur prouver qu'ils n'avaient pas eu tort de le surestimer.

Afficher l'image d'origine



Misery

Mes coups de coeur culturels de 2016.

Je ne sais pas vous, mais moi quand je lis "2017", j'ai l'impression de voir le titre d'un film de science fiction, tant l'année est passée à une vitesse folle. Personnellement, je suis restée fidèle à ma tradition personnelle qui consiste à ne jamais prendre de bonnes résolutions : les rares que je me promets tout au long de l'année étant souvent destinées à me mettre un peu plus en joie, elles sont bien souvent tenues. Je débute 2017 dans un flou total (mais pas si artistique, malheureusement) concernant mon avenir professionnel, qui déterminera en partie la suite de ma vie. Cela dit, j'espère pouvoir me consacrer toujours autant au cinéma, aux découvertes musicales et aux expositions en tous genres, et ce quel que soit le tournant que prendront les choses cette année. Du coup, je vous propose une petite rétrospective de mes coups de cœur culturels en 2016, pour redémarrer du bon pied. N'ayant pas vraiment pris de grosse claque littéraire dernièrement, j'ai eu heureusement la chance de me rattraper ailleurs !


Dragons :

"L'histoire d'Harold, jeune Viking peu à son aise dans sa tribu où combattre les dragons est le sport national. Sa vie va être bouleversée par sa rencontre avec un dragon qui va peu à peu amener Harold et les siens à voir le monde d'un point de vue totalement différent."

Afficher l'image d'origine

Dernièrement, je me suis remise aux films d'animations, et je dois dire qu'avec celui-ci, je me suis bien éclatée. Bon déjà, l'histoire se situe dans un univers fantastico-viking, ce que j'aime particulièrement, avec de sublimes images et une bande originale vraiment chouette. Alors évidemment, on échappe pas à quelques petites facilités, mais on reste quand même dans du divertissement intelligent. Oui c'est un peu convenu par moments, oui on joue parfois sur un registre d'émotions un peu banal, mais c'est tellement bien fait qu'on le pardonne sans le moindre problème. L'histoire reste accessible aux jeunes enfants, sans pour autant sombrer dans la mièvrerie des princesses éprises du chevalier en armure. Les personnages sont justes, l'humour très bien dosé, les figures féminines et masculines sont très loin des clichés sexistes du genre ... Bref, j'ai trouvé ce film nuancé et très poétique, un beau moment que je recommande.



 Game of Thrones : une série qui fait parler d'elle, parce qu'elle le vaut bien.

"Il y a très longtemps, à une époque oubliée, une force a détruit l'équilibre des saisons. Dans un pays où l'été peut durer plusieurs années et l'hiver toute une vie, des forces sinistres et surnaturelles se pressent aux portes du Royaume des Sept Couronnes. La confrérie de la Garde de Nuit, protégeant le Royaume de toute créature pouvant provenir d'au-delà du Mur protecteur, n'a plus les ressources nécessaires pour assurer la sécurité de tous. Après un été de dix années, un hiver rigoureux s'abat sur le Royaume avec la promesse d'un avenir des plus sombres. Pendant ce temps, complots et rivalités se jouent sur le continent pour s'emparer du Trône de Fer, le symbole du pouvoir absolu."

Afficher l'image d'origine

Après une bonne soixantaine d'heures et une multitude de plateaux télés, la saison 6 est déjà terminée. Est-il nécessaire de vous dire que cette série réussit son pari haut la main à (presque) chaque épisode ? Je ne vous apprends rien, tout le monde raconte partout à quel point c'est captivant, esthétique et addictif, et je suis totalement d'accord là dessus, même si elle n'est pas sans défaut. Pensée à toute cette équipe qui abat un travail titanesque pour nous régaler avec une série de qualité, et des séquences visuelles de fous furieux (décors, costumes, situations ... Mention spéciale à La bataille des bâtards, qui était superbe du début à la fin). Enfin une série qui donne envie de s'identifier à ses héroïnes, fortes, indépendantes, fières et ambitieuses (Arya, Brienne, Cersei, Ellaria, Olenna et Daenerys en tête). C'est appréciable aussi de découvrir des héros qui ne sont pas que des machines de guerre sur pattes ou des bodybuilders sexy, mais des êtres doués de sensibilité et/ou d'intelligence (Tyrion, Sandor, Tywin, Varys et Bran, je vous suivrais au bout du monde s'il le fallait). Les acteurs livrent tous ici une prestation exceptionnelle, tout ça est très immersif. Je vous encourage à découvrir cette série si aboutie visuellement, psychologiquement et narrativement, si ce n'est pas déjà fait. Que l'attente va être longue jusqu'à la prochaine saison !



L'odyssée : un chef d'oeuvre à la française.

"1948. Jacques-Yves Cousteau, sa femme et ses deux fils, vivent au paradis, dans une jolie maison surplombant la mer Méditerranée. Mais Cousteau ne rêve que d’aventure. Grâce à son invention, un scaphandre autonome qui permet de respirer sous l’eau, il a découvert un nouveau monde. Désormais, ce monde, il veut l’explorer. Et pour ça, il est prêt à tout sacrifier."

Afficher l'image d'origine

Ce film a été une grosse claque, il faut bien l'avouer, et je dirais que c'est un film à voir absolument ! Cette histoire incroyable et poignante est celle d'un homme tiraillé entre l'attrait du succès et ses convictions, qu'il réussira presque à refouler. Questionnant profondément sur le rapport à la société et la façon d'accéder à une gloire toute relative, c'est un dénouement très nuancé qui nous est apporté à la fin (ce qui le rend d'autant plus appréciable). Je ne sais pas à quel point certains éléments ont pu être romancés, mais c'est tout simplement impossible de ne pas sortir chamboulé de la salle. Et même si la séquence d'ouverture révèle carrément la toute fin du film, ce qui m'a empêchée de ressentir l'émotion voulue, le reste est absolument parfait. Alors certes, le biopic sur fond de casseroles familiales est un genre qui me fait toujours un peu peur, et je pense que je ne serai pas forcément allée le voir si je n'en avais pas lu des avis aussi positifs, ce que je ne peux qu'écrire à mon tour aujourd'hui. Et évidemment, parce que ça va avec, les acteurs sont magnifiques, la photographie est top, les dialogues impeccables : bref, n'hésitez plus. La sortie de L'odyssée était également l'occasion de rappeler qu'en 2048, le traité faisant de l'Antarctique un sanctuaire à protéger prendra fin (bien que certains pays ont déjà essayé maintes fois de le contourner ou de demander sa suppression). Voilà qui donne matière à réfléchir.



Mille fois bonne nuit (ou L'épreuve) : chronique d'un drame humain.

"Rebecca est une photographe de guerre de renommée internationale. Alors qu'elle est en reportage en Afghanistan pour suivre un groupe de femmes qui préparent un attentat suicide, elle est gravement blessée par l'explosion d'une bombe. De retour chez elle en Irlande, pour se remettre de ce traumatisme, elle doit affronter une autre épreuve. Marcus, son mari et Stéphanie, sa fille ainée de 13 ans, ne supportent plus l'angoisse provoquée par les risques que son métier impose. Rebecca, qui est déchirée entre les souffrances qu'elle fait subir à ses proches et sa passion de photoreporter, doit faire face à un ultimatum : choisir entre son travail et sa famille. Mais peut-on vraiment échapper à sa vocation, aussi dangereuse soit-elle ? Renoncera t-elle à couvrir ces zones de combats, et à sa volonté de dénoncer la tragédie humaine de son époque ?"

 Afficher l'image d'origine

Allociné reste pourtant un peu light sur ce coup, vu qu'il oublie de nous dire que le réalisateur, Erik Poppe, signe ici un film autobiographique, ayant été lui-même reporter de guerre avant de se tourner vers le cinéma. Je salue l'originalité du sujet et la nécessité de nous faire découvrir un peu plus ce métier où il faut être prêt à risquer sa vie pour montrer un cliché au monde entier. Il interroge aussi sur les conséquences d'une passion viscérale, et comment celle-ci peut finir par influer sur les rapports à l'autre (le besoin d'adrénaline, le don de soi et l'ennui du retour à la vie de famille). Autant vous dire qu'ici, on ne s'ennuie pas, mais on ne rigole pas non plus comme des petits fous, loin de là. Ce film très touchant et superbement réalisé, porté là encore par des acteurs hyper bons, avec une grande justesse de ton et une belle subtilité. On ne tombe jamais dans le pathos ni la démesure, et à aucun moment le scénario ne nous invite à prendre parti pour un personnage en particulier : chacun fait tout simplement les choix qui lui semblent bons, et tente de composer avec. Mille fois bonne nuit est sorti en 2013, mais je ne l'ai découvert que dernièrement, et je dois avouer qu'il m'a fait verser une petite larme, ce qui est devenu très rare pour moi. Je ne peux que vous le conseiller, sauf s'il vous paraît trop hardcore pour votre petit cœur sensible.



LP : la voix féminine dont je rêvais.


Afficher l'image d'origine

Comme je l'ai déjà dit ici, je refuse d'écouter une fille qui n'a rien dans le bide, qui n'a pas son propre univers et qui se sert de ses formes comme d'un argument majeur (coucou Rihanna et autres Beyoncé ...). Du coup, je manquais un peu de nouveauté dans mes playlists féminines, mais c'était avant que je ne découvre Laura Pergolizzi, alias LP, auteure-compositrice-interprète de 35 ans. D'origine italienne, la demoiselle a une belle carrière à son actif, puisqu'elle officiait déjà depuis 15 ans aux Etats-Unis, avant qu'elle ne fasse parler d'elle un peu partout avec son dernier album, Lost on You. Ce qui l'inspire par dessus tout ? Ses blessures passées, son amour pour les femmes qu'elle a rencontrées, ses expériences personnelles au quotidien ; la quasi-totalité de ses chansons sont autobiographiques. Ce qui est plutôt très bien, c'est qu'elle ne s'inscrit pas vraiment dans un style particulier, ses morceaux sont assez variés, et elle assure dans absolument tous les registres. Difficile, donc, de lui coller une étiquette ou de lui attribuer une mouvance particulière, et ça fait du bien. J'aime énormément l'authenticité et la simplicité qui se dégagent de sa personne, elle a un petit quelque chose que je trouve vraiment touchant et rafraîchissant. Il y avait bien longtemps qu'une artiste digne de ce nom m'avait fait voyager à ce point. LP est une femme rare, que l'on croise très peu, qui fais très peu de télé ou de séances photos ; il faut savoir se contenter de ce qu'elle donne, mais quand elle donne, elle donne tout.



La saga des Sambre, par Yslaire :

"Très sombre et mélancolique, Sambre nous raconte l'histoire d'une famille bourgeoise rurale du xixe siècle et plus particulièrement celle de Bernard Sambre, épris de Julie, une jeune vagabonde aux yeux rouges que sa famille exècre au point de les porter au rang de superstition. Les destins, les esprits et les corps s'expriment, se croisent et se blessent. Nul ne peut échapper à son destin ..."


Afficher l'image d'origine

La saga des Sambre imaginée par Yslaire allie deux de mes passions, à savoir le dessin et l'Histoire. Cet illustrateur belge de 59 ans reconnaît bien volontiers son sens du perfectionnisme, et pour cause, on s'en prend plein les mirettes et son travail est absolument splendide. Le récit, est quant à lui, bien ficelé et intrigant, puisqu'on suit la famille Sambre sur plusieurs décennies, à mesure que chaque strate de l'arbre généalogique découvre sa destinée. Je ne vous en dirai pas plus, mais sachez que je suis totalement captivée à chaque fois. Malheureusement, je ne possède pas d'exemplaire dans ma bibliothèque (parce que dépenser 14€ pour un tome que je vais lire en une demi-heure, j'ai encore du mal à m'y faire, c'est bête, je sais bien), mais je souhaite régler la question dans l'année à venir. Moi qui ne suis vraiment pas portée sur la BD à la base, je dois bien avouer que cette oeuvre est à couper le souffle.


Et vous quels ont été vos coups de cœur de l'année ? N'hésitez pas à me présenter les vôtres ici !



Misery

mercredi 28 décembre 2016

Agatha Christie : Dix petits nègres.

En 1939, l'Europe est au bord de la guerre. Dix personnes n'ayant aucun point commun entre elles se retrouvent sur l'île du Soldat sous le prétexte d'invitations ou d'offres d'emplois : le général John Macarthur, Véra Claythorne, Emily Brent, le juge Lawrence Wargrave, Philip Lombard, le docteur Edward Armstrong, Henry Blore, Anthony Marston, Thomas et Ethel Rogers. Isolés du continent par une tempête, leurs hôtes Mr et Mrs A. N. O'Nyme mystérieusement absents, les invités et domestiques se voient chacun accusés de meurtre. Ils sont alors tués l'un après l'autre, d'une façon qui rappelle les couplets d'une comptine affichée dans chaque chambre. 

Afficher l'image d'origine

Si vous partez du principe que vous n'avez pas de temps à accorder à une nouvelle série, voilà mon argument majeur : c'est une mini-série, composée de trois épisodes d'une heure, alors me sortez pas cette excuse toute moisie pour passer à côté de ce petit bijou britannique. 

Il y a un bon paquet d'années maintenant, on m'avait imposé Les dix petits nègres en classe de cinquième, et je n'avais pas réussi à en dépasser la moitié. A présent, je suis contente d'avoir pu sortir cette histoire de mes inachevés. Adapté de la célébrissime nouvelle d'Agatha Christie, qui fait référence au titre d'une comptine anglaise pour enfants, les "petits nègres" ont pourtant été remplacés continuellement par des "petits soldats" en VF, peut-être par souci du politiquement correct. La comptine est-elle différemment traduite selon les langues ? C'est un peu bizarre, mais au delà de ça, le reste est extraordinaire. L'ambiance est plombée, très réussie, et j'ai aimé l'idée que chacun des protagonistes représente une institution : la religion, la justice, l'armée, la police, l'éducation, la médecine. Chacune étant toujours illustrée par une personne très particulière, mystérieuse ou folle à lier. Le mystère plane sur la véritable raison de leur présence, et finalement celui qui s'attire les foudres des autres est le seul à admettre, sans sourciller, ce dont on l'accuse ; son honnêteté le rendrait presque plus sympathique que les autres. Tous choqués par l'immoralité de Philippe Lombard, qui assume ses crimes sans problème, ils se décident alors à quitter l'île. Mais aucun moyen n'existant (mis à part nager dans les eaux profondes et mourir), ils se résignent tous à leur triste sort, alors que le premier meurtre se produit.


Alors bon, on connait la chanson : un personnage est tué, une statuette disparaît, et ce jusqu'à ce que la maison soit totalement vide. L'originalité ne réside pas vraiment dans la mise en scène, mais dans le sens du détail étonnant pour un format court. Dès les premières minutes, on entre directement dans le vif du sujet, les choses s'enchaînent assez rapidement pour se focaliser sur l'aspect psychologique du récit. Certains se mettent vite à friser l'hystérie, n'arrivant plus à supporter la situation ; d'autres gardent leur calme et attendent sagement ; d'autres encore se mettent en tête de farfouiller dans les chambres et de ne laisser personne à l'écart du groupe. Il ne se passe pas grand chose en soi, mais le focus sur les réactions de chacun m'a plu, là où ça pourrait être soporifique pour d'autres. Vent, pluie, tempête et orages violents renforcent la sensation d'oppression, d'autant que les souvenirs reviennent et s'imposent peu à peu à chacun, qui se trouve alors face à sa conscience. On a ici des flashbacks vraiment magnifiques, utilisant un peu le même procédé que Dolores Claiborne (réalité sombre, passé flamboyant de mille couleurs), et moi j'adore.

Afficher l'image d'origine

Comme je m'y attendais, le casting est aux petits oignons. On a les valeurs sûres (Charles Dance), ceux qu'on est ravis de retrouver (Burn Gorman et  Noah Taylor, aperçus également dans Game of Thrones), ou les acteurs plus méconnus qu'on découvre, mais peu importe au fond, car tout le monde livre une prestation solide. Il n'y a aucune fausse note. Chacun m'ont montré des facettes peu connues de leur registre, ce qui m'a donné envie d'en découvrir plus sur leur filmographie (Charles Dance qui sourit, j'exagère volontairement mais c'est l'idée, et le monologue de Burn Gorman qui nous émeut en parlant de son jardin qu'il ne risque pas de revoir). Tout est excellent ici : les acteurs, l'histoire, les décors, les costumes, le rythme, l'ambiance ... Modernité et esthétique d'époque se mélangent parfaitement. Peut être un bon moyen pour qui ne connaît pas l'oeuvre d'Agatha Christie (ou ne l'a pas appréciée auparavant), d'y venir. Je pense que la série peut combler aussi bien ceux qui découvrent que ceux qui connaissent déjà, tant l'ensemble nous embarque jusqu'à la toute dernière minute. Je chipote assez souvent en ce qui concerne les films ou séries de manière générale (surtout ce qui passe sur TF1, d'ailleurs), mais je dois dire que Dix petits nègres est un sans faute pour moi. Mon plus gros coup de cœur télévisuel de l'année.

Afficher l'image d'origine


Misery

samedi 24 décembre 2016

Tag : "Vous et les livres".

Afficher l'image d'origine

Ce n'est pas forcément très intéressant pour le lecteur lambda, je suis bien d'accord, mais ça reste tout de même dans le thème de Noël, puisque les livres ont toujours été THE idée cadeau parfaite pour moi. Quand j'étais préado et que je devenais trop grande pour les poupées mais encore trop petite pour gérer plein de sous, ma famille se rabattait toujours sur la littérature. Tout le monde était toujours sûr de me faire plaisir et de ne pas rater son effet. 


1. Quel est l'endroit où tu préfères lire ?
De manière générale, j'aime lire au lit, de jour comme de nuit. Au chaud sous la couette, avec un océan d'oreillers et la pluie qui s'écrase contre la vitre, ce serait vraiment l'idéal.

2. Tu peux t'arrêter de lire où tu veux, ou tu finis toujours ton chapitre avant ?
Les seules fois où j'ai continué systématiquement jusqu'au chapitre suivant, c'était quand j'étais petite et que j'essayais de gagner du temps avant l'extinction des feux. Actuellement, j'arrête ma lecture n'importe où, au moment où je me dis que c'est fini pour aujourd'hui, et je n'ai aucun mal pour reprendre là où j'en étais. 

3. Multi-tâches : musique ou télévision en lisant ?
Ni l'un ni l'autre. Le silence me plonge encore plus dans l'atmosphère du récit.

4. Un livre à la fois ou plusieurs ?
Pour moi, c'est un seul livre à la fois. Quand j'en prends un, j'aime me concentrer sur lui et uniquement sur lui. J'ai jamais eu envie de lire plusieurs livres en même temps, pour moi c'est l'un à la suite de l'autre.

5. Lire à la maison ou ailleurs ?
Lire partout, quelle question. Il n'y a qu'à la plage que je n'aime pas lire, mais c'est parce que j'adore l'eau et que je préfère passer mon temps à barboter. J'arrive à faire abstraction de tout, même si j'ai toujours préféré lire chez moi.

6. Lis-tu à voix haute ou en silence dans ta tête ?
En silence, toujours. Pour moi, lire est une activité qui se fait seul, essentiellement. Je trouve qu'il y a des choses qui sont beaucoup plus drôles et plus intenses quand on ne les partage pas, on s'imprègne mieux de l'univers dans lequel on est plongé. En lisant à voix haute, j'ai toujours pensé qu'on était plus concentré sur les mots en eux-mêmes que sur ce qu'ils décrivent.

7. Est-ce que tu sautes parfois des pages ? Est-ce que tu regardes la fin du livre ?
Ça m'arrivait très souvent lorsque j'étais ado et que j'étais inquiète pour le futur d'un personnage que j'aimais, je feuilletais rapidement plusieurs chapitres pour vérifier qu'il était toujours là. Maintenant, quand j'achète un livre, c'est pour le lire du début à la fin, dans l'ordre, pas pour passer quelques chapitres, sauf cas de force majeure (je n'ai jamais pu lire en entier la scène de viol de Lisbeth Salander dans Millénium, c'était vraiment trop dérangeant pour moi, tout comme je n'ai jamais pu la regarder dans l'adaptation non plus). Quant à zyeuter la fin d'un roman, à quoi ça sert de le continuer si on en connaît déjà le dénouement ?

8. Casser la tranche ou la garder intacte ?
Autant que possible, j'essaie de la garder intacte, mais quand un bouquin me plait au point de le lire plusieurs fois, elle finit par se casser. Ce qui ne me dérange pas trop, au final. Un livre abîmé d'avoir été trop lu, c'est un livre qui a autant de vécu qu'un compagnon de route, à mon sens. Chaque marque sur mes bouquins est une preuve de l'amour que je leur ai porté. Cela dit, quand je trouve des livres tâchés ou des feuilles gondolées, ça me rend malade (spéciale dédicace aux bibliothèques municipales).

9. Est-ce que tu écris dans tes livres ?
Les gens qui écrivent dans leurs livres sont des monstres. Je suis indulgente avec les collégiens qui massacrent leurs grands classiques de poche à coups de Stabilo, mais rien ne m'énerve davantage que de voir un livre sur lequel des gens ont écrit. La seule personne que j'autorise à écrire dedans, c'est son auteur pour me le dédicacer.

10. Plutôt corne ou marque-page ?
Marque-page. Corner sa page est une manière d'abîmer son livre, au même titre que de gribouiller dedans.

Afficher l'image d'origine

11- As-tu déjà pensé à écrire un livre ?
Mon rêve était de devenir écrivain. Petite, je passais de nombreuses heures à écrire des histoires, sans réel scénario, juste par besoin d'extérioriser ce que mon imagination me dictait. Depuis, j'ai l'impression d'avoir énormément lu en compensation, au point de ne pas réussir à créer un univers qui m'est propre.

12 - Que penses-tu des livres en plusieurs tomes ?
Grande amatrice de séries, je serais bien en peine d'en dire du mal. Quand on aime vraiment les personnages, on a envie de ne jamais les quitter. Si l'histoire vaut le coup, ça ne me dérange pas du tout, bien au contraire : c'est même un plus. 

13 - Comment choisis-tu tes livres ?
Je fonctionne beaucoup au coup de cœur. Parfois c'est le titre, parfois la couverture, plus rarement le résumé. 

14 - Une lecture inavouable ?
J'ai lu les premiers tomes de Fifty Shades et Twilight, je ne suis fière d'aucune de ces lectures, mais je reste persuadée qu'il faut se sacrifier avant d'être sûr de ne pas aimer. Donc maintenant, je suis sûre à 100% que je n'aime ni l'une ni l'autre de ces sagas, c'est déjà une bonne chose de faite.

15 - As-tu déjà abandonné un livre ?
Oui, même si je finis la plupart de ceux que je commence. Je m'impose de toujours lire les cinq premiers chapitres, et si passé ce délai la sauce n'a pas pris, j'abandonne. Le monde est rempli d'histoires merveilleuses qui me feront voyager, et ma vie est trop courte pour persister et m'acharner sur un auteur dont le style m'évoque plus une purge qu'un divertissement.

16 - Préfères-tu quand le personnage principal est un homme ou une femme ?
Honnêtement, je m'en fous totalement. A partir du moment où le personnage est accrocheur, qu'il s'agisse d'un homme ou d'une femme a peu d'importance.

17 - La couverture d'un livre peut-elle influencer ton choix de lecture ?
Les couvertures influencent peut-être à moitié mon choix, surtout quand elles sont moches. C'est hélas le cas de beaucoup de livres classés Science-Fiction ou Fantastique, souvent elles sont juste horribles et n'ont jamais réussi à me motiver. Quand je ne connais pas un auteur, je me fie plus à la couverture qu'à autre chose, sûrement à tort.

18 - L'éditeur peut-il influencer tes choix ?
Honnêtement, j'aurais tendance à dire non, mais les couvertures d'Acte Noir m'ont poussé à lire et découvrir tout un groupe d'auteurs que je n'aurais jamais découvert sans ça. Du coup, finalement, si, ça peut influencer mes choix, mais c'est pas ce que je regarderais en premier, disons.

19 - Les citations à propos de la lecture qui t'inspirent le plus ?
"Quand je pense à tous les livres qu'il me reste à lire, j'ai la certitude d'être encore heureux." (Jules Renard)
"Un lecteur vit un millier de vies avant de mourir. Celui qui ne lit pas n'en vit qu'une." (George R.R. Martin)
"Dans la lecture, l'homme qui se cherche lui-même à quelque chance de se rencontrer." (Georges Duhamel)
"L'écriture ne m'a pas sauvé la vie, mais elle a continué à faire ce qu'elle avait toujours fait pour moi : rendre ma vie plus lumineuse et plus agréable. Écrire n'a rien à voir avec gagner de l'argent, devenir célèbre, draguer les filles ou se faire des amis. En fin de compte, écrire revient à enrichir la vie de ceux qui liront vos ouvrages, mais aussi à enrichir votre propre vie. C'est se tenir debout, aller mieux, surmonter les difficultés. Et faire qu'on soit heureux, d'accord ? Oui, faire qu'on soit heureux." (Stephen King)

Afficher l'image d'origine


Misery